​Business Consulting

​COnseil stratEgique

Instagram


PUBLICATIONS INTERNATIONALES

Pratiques de gestion du capital humain, innovation et e-business. Presses académiques francophones itnernationales.   Chez Barnes&Nobles, Amazon.

CHRONIQUES
STRATÉGIE -  NUMÉRIQUE - INNOVATION 

​REVUE gestion HEC - Instaurer l'innovation en 4 points
http://www.revuegestion.ca/informer/instaurer-linnovation-en-quatre-points/

Numérique: 6 pièges à éviter et cannibalisation - ​Salon ecom  - blog
http://www.ecommtl.com/blog/numerique-6-pieges-eviter-et-cannibalisation.html

E-business : l’humain, votre seul avantage concurrentiel non imitable

Rubrique:  Paroles d’expertes  Périodique des affaires au féminin

Stratégie numérique : 5 piliers 
Blog Salon ecom Montréal / Le carrefour des affaires e-business au Québec 

Gouvernance au féminin : devons-nous diriger comme des hommes ?

 Rubrique: Paroles d’expertes Périodique des affaires au féminin

« Superwoman » : oui, mais laquelle ?

Rubrique: Paroles d’expertes  Périodique des affaires au féminin

5 clés de​ succès en e-Stratègie !

Rubrique: Paroles d’expertes  Périodique des affaires au féminin

Le plaisir : critère de performance pour employeurs et employés

Rubrique: Paroles d’expertes 

Humains & e-business : Soyez dragon et calibrez votre combinaison concurrentielle 
 Blog Salon ecom Montréal / Le carrefour des affaires e-business au Québec 

L'importance de choisir ses parties prenantes

Vigie-PME.com   Veille informationnelle / Développement durable et responsabilité sociétale - Co-auteur


Stratégie numérique : Dans quel wagon est votre entreprise?

DirectionInformatique.com  - Co-auteur


Gouvernance au féminin : devons-nous diriger comme des hommes ?

Rubrique: Paroles d’expertes Les affaires au féminin


En 2010, on comptait 15,8 % de femmes dans les conseils d’administration des 100 plus grandes sociétés commerciales au Québec (178 femmes versus 946 hommes). Grande différence dans le ratio d’équité numérique, mais de quelle équité devrait-on parler exactement ? Celle du nombre ou celle de la manière de gérer ?

Qu’il y’ait un plus grand nombre de femmes sur les conseils d’administration et à la tête des entreprises oui, mais cela implique-t-il qu’il nous faut diriger à la manière des hommes ? Pour plusieurs raisons, la réponse évidente est : certainement pas.
Pourquoi ? 

Simplement parce que le succès repose sur le fait de cultiver ses propres atouts et non sur l’imitation des compétences d’autrui, hommes ou femmes. Certes, oui, atteindre un succès par mimétisme peut bien être considéré comme admirable, mais ce n’est pas la que jaillira la richesse que les femmes représentent.

J’ai côtoyé plusieurs femmes occupant des postes stratégiques et faisant preuve de plus de fermeté et d’intransigeance qu’un bataillon d’hommes. Pour quelles raisons ? Il y’en a beaucoup : parce que l’accession aux postes dirigeants est plus difficile et il faut donc s’affirmer, aussi parce que la discrimination face à l’attitude féminine (souvent associée à un comportement hormonal) est ancrée dans l’invisible et et dans les mentalités collectives et que la femme s’attèle à combattre ses prismes en effaçant tout signe d’attitude féminine et également parce que pour faire bien, il faut faire comme eux, eux qui ont si bien réussi, eux étant les hommes.

Consciemment ou inconsciemment, ce style d’attitude inflexible de certaines leadeures n’aide pas la cause de la gouvernance au féminin.

L’obsession de femmes à briser ce qui est communément appelé « le plafond de verre » (barrières invisibles d’accession à des positions stratégiques en entreprise), les éloigne du grand défi d’utiliser leur principal atout dans cette dynamique : le côté féminin. C’est aussi intéressant de savoir que les chercheurs en sciences comportementales mentionnent que cette difficulté d’atteindre certains postes stratégiques dans les entreprises engendre un marché d’entrepreneures ayant décidé de créer leur propre opportunité de réussite et d’y appliquer librement leur leadeurship.

D’autres recherches sur les attributs sexués du leadeurship montrent que le style de leadeurship selon le sexe joue sur la motivation. En effet, des études montrent que les différences de styles de communication en fonction du sexe contribuent à l’efficacité d’un leadeurship collaboratif. Dans une perspective de performance, certaines leadeures semblent se concentrer sur les relations (charisme interpersonnel) alors que les leadeurs hommes sont orientés vers la résolution de problèmes (pouvoir structurel). Cette différence est un atout incommensurable !

Cultiver ses propres atouts en commençant par exploiter la dimension féminine intrinsèque de soi peut engendrer une force incroyable ! L’instinct, l’empathie, la vision entre les lignes, l’intelligence fine, ce combo version féminine, combiné à la rationalité nécessaire à un poste occupé peut décupler la performance, le succès, la satisfaction générée et donc par le fait même apporter toute la richesse qu’une différenciation d’un leadeurship d’exception peut amener.

Il reste un fait que cette affirmation constitue un défi. Il s’agit ensuite de choisir ou non de relever ce défi.

________________________________________________


« Superwoman » : oui, mais laquelle ?

Rubrique: Paroles d’expertes  Les affaires au féminin


Le jour où j’ai entendu une collègue utiliser l’adjectif « superwoman » avec admiration, elle référait à des femmes actives, mères de famille, socialement et professionnellement impliquées…

Ce jour-là, je me suis demandé si j’étais moi même une « superwoman » « dans ce sens-là », car à priori, je répondais à tous les critères énoncés dans son affirmation.

J’ai rapidement réalisé que la réponse à cette question était « non » en ce qui me concernait.

Pourquoi ? Simplement parce qu’à mon sens, une femme n’a pas forcément besoin d’être étiquetée « superwoman » pour en être une. Également et surtout, parce qu’il existe une multitude de définitions possibles à ce terme, selon la perception de chacun.

Personnellement, je pense qu’aussi vrai qu’une femme professionnellement active peut se sentir une « superwoman », une femme totalement dédiée par choix à sa famille, ou ayant choisi de ne pas fonder de famille, étant en couple, ou préférant rester célibataire, mais ayant des projets de vie autres, peut aussi bien s’associer à une image de puissance induisant une satisfaction et une fierté personnelles et donc se sentir parfaitement bien dans sa peau.

Et vous, dans quel profil vous reconnaissez-vous ?

Êtes-vous une femme en charge de son univers familial ? En ce qui me concerne, le travail le plus exigeant que j’ai effectué a eu lieu lors de mon congé de maternité. Simplement avoir pensé appeler cette période de vie un « congé » est une aberration en soi selon moi. Certains pourraient dire qu’il ne s’agit pas là d’un travail, mais comment appelle-t-on alors un effort soutenu doublé d’une attention continue et d’un engagement total de tous les instants. 


J’avoue honnêtement que c’est une période de vie précieuse qui s’accompagne d’une satisfaction humaine imbattable, quand on choisit de la vivre. Je considère que l’effort et l’engagement cœur et âme accordé durant ce style de passage de vie bat tous les efforts pouvant être requis dans une profession. Dans ce cas précis, l’étiquette « superwoman » s’applique très bien à mon sens. Et vous, qu’en dites-vous ?

Si vous êtes plutôt une femme qui lévite dans le milieu des affaires tout en jonglant avec plusieurs dimensions socioculturelles, sachez toutefois que l’atteinte de l’équilibre est votre plus précieux allié, en ce qui a trait à la conciliation entre les différentes sphères de vie que vous avez choisi de cogérer.

Relativement à la conciliation famille-travail, soulignons qu’un document statistique publié en 2011 par le Ministère de la Famille indique que le taux d’activité des femmes a triplé au Québec depuis 1946 pour atteindre 60,9 % en 2009. Ce bel accroissement en perpétuelle évolution a encouragé les ministères à établir des normes et pratiques de conciliation travail/famille visant à encourager les milieux de travail à instaurer de bonnes pratiques, et à signifier leur engagement à l’égard de la conciliation travail-famille en toute transparence.

Si vous êtes gestionnaire, savez-vous que votre entreprise peut-être certifiée par le programme offert par le Bureau de normalisation du Québec, soulignant ainsi clairement votre engagement envers la qualité de vie de vos employés ?

Si vous êtes une personne qui combine donc intensément les dimensions « travail, maison, univers social », demandez-vous si vous avez atteint l’équilibre que vous recherchiez (éventuellement) par cette combinaison. Le plaisir et l’équilibre sont des bases nécessaires à l’épanouissement et à la réussite de l’humain. Si vous ressentez qu’une des dimensions de vie ou vous cheminez est hypertrophiée ou au contraire pas assez riche à votre goût, vous ôtant par le fait même du potentiel de bonheur et de satisfaction, je vous suggère une réflexion sur le degré de vos implications dans chacune des différentes dimensions de vie dans lesquelles vous êtes impliquées.

Quel que soit le profil auquel on s’associe, il est également préférable de jouer de prudence relativement à l’étiquetage intempestif d’adjectifs reliés à la super puissance (probablement supposé valider positivement un comportement hyperactif multidimensionnel dans le cas mentionné en début de chronique), au détriment de personnes qui ont un calendrier de vie autre et probablement autrement intéressant.


Rappelons-nous que chaque femme (et chaque personne) possède sa propre équation de vie et de recherche du bonheur. Il n’y a pas de règle et il n’est certainement pas conseillé de comparer les équations de vie entre elles, car chaque humain étant unique, toute éventuelle vision de « superwoman » l’est aussi.

Éviter la comparaison engendre la richesse d’opinions et de positions. Alors, quelle que soit la « superwoman » en vous, en autant que votre vision engendre bonheur et satisfaction, vous avez probablement choisi la bonne équation de vie … 

Le plaisir : critère de performance pour employeurs et employés

Mai 24, 2013 | Rubrique: Paroles d’expertes

​Pensez-vous que travailler signifie exclusivement produire et livrer un service ?

Considérez-vous le plaisir au travail comme un luxe rare et non indispensable ?
Est-ce que le fait de travailler dans un milieu plaisant, créatif et motivant vous semble superficiel ?

Si vous répondez oui à une ou plusieurs de ces questions, vous passez probablement à côté du travail qui vous rendrait plus heureux. 

Quelques faits importants :
1. L’humain est définitivement plus efficace dans un milieu où il est motivé et satisfait.
2. L’employeur obtient bien plus de résultats et d’implication d’un capital humain heureux.
3. Un employé passe au moins le tiers voire la moitié d’une journée au travail. Que de temps de vie perdu à jamais si l’indifférence, le stress ou la rémunération pure sont les seuls moteurs et motivateurs.


Lors d’une entrevue, il y’a quelques années, on m’a demandé : “Que voulez-vous dire par travailler dans le plaisir ?”. Je me suis immédiatement rendu compte que la personne en face de moi ne connaissait probablement pas la réponse à cette question et donc ne l’avait jamais expérimenté. 


Si tel est votre cas, sachez que vous vous moulez peut-être dans une carrière purement cérébrale, hypothéquant par le même fait une grande partie de votre vie qui s’écoule sans plaisir.


Combien de personnes à la veille de la retraite décèdent subitement à l’aube de profiter de ce qu’on perçoit comme étant « la vraie vie ». La vraie vie se déroule chaque jour qui passe et inclue le temps passé au travail.


Loin d’être un défi complexe, il vous est possible de parvenir à concilier travail et plaisir en analysant le facteur « climat de travail créatif, ouvert, flexible, etc. » dans vos recherches d’emploi. Pensez que c’est possible et vous chercherez au bon endroit. On ne voit pas ce qu’on ne cherche pas, mais dès lors qu’on le recherche, il peut apparaître. Il suffit d’oser.


Dans un marché où la rareté de la main-d’œuvre s’accroît, l’employé devient maître de sa destinée. Les employeurs réalisent de plus en plus l’importance d’instaurer un climat créatif et plaisant. Le plaisir est moteur de vie et d’efficacité, engendrant l’engagement envers l’organisation, la fidélité et la performance.


Ma propre expérience m’a démontré qu’en osant, on découvre des plaisirs insoupçonnés. J’ai été tour à tour cadre en entreprise, auteure, consultante stratégique et scientifique, tout en étant mère. Mon motivateur : Le plaisir de répondre à un monde de défis stimulants dans des milieux humains et dynamiques. Est-ce que j’aurai préféré une carrière mono fonctionnelle longitudinale et/ou sans plaisir ? Aucunement. Au contraire, je tire beaucoup de satisfaction de vivre plusieurs vies en une et comprendre les différentes rationalités existantes dans les multiples milieux professionnels est un atout. Cela me permet de mieux aider, d’apporter plus.


Et comme nul ne sait ce que demain sera, je vous suggère une réflexion sur le niveau de plaisir et de satisfaction et que vous tirez de votre travail pendant que votre vie s’écoule. Bonne réflexion.




5 clés de succès en e-Stratègie !

Rubrique: Paroles d’expertes


Il n’y a pas si longtemps, on considérait le web comme un univers purement technique, un monde virtuel, voire optionnel. Avec le temps, il est désormais souvent perçu comme un univers de communication et d’e- marketing. Mais est-ce là tout le potentiel du web selon vous ? Ne répondez pas oui trop vite…

Certes, à l’ère du Big Data et des médias sociaux (web 2.0), l’achalandage des sites et des utilisateurs sur la toile croît d’une manière exponentielle. Mais la question se pose : combien d’initiatives web reposent sur une réelle stratégie d’affaires, solide, cohérente et surtout rentable ?

Même si le potentiel du web semble infini, son contenu titanesque (quoique ses capacités soient pour la plupart encore peu connues), il n’en reste pas moins que les moyens pour parvenir à exploiter ce marché mondial sans frontières, dont les bénéfices sont loin d’être aussi virtuels qu’il peut sembler ne sont pas standards. Votre première étape ? Positionner tactiquement votre initiative web ! Et ceci implique : concocter votre proposition de valeur, évaluer les ressources nécessaires à sa concrétisation, identifier vos canaux de distributions, vos sources de revenus ainsi que vos canaux potentiels pour clients et fournisseurs sur la toile.

Il est vrai que bon nombre de sites web reposent sur des e-modèles d’affaires (modèles d’affaires électroniques) cohérents voir rentables, au-delà de simplement exister et être ergonomiques. Mais c’est loin d’être une règle générale. Sachez-le : avoir un e-modèle d’affaires, décliné des objectifs stratégiques, est un impératif.

Avez-vous déjà réfléchi au positionnement e-business de vos affaires sur le web ? En d’autres termes, quelle est votre stratégie web « d’affaires » ? En avez-vous une ? On ne parle pas ici simplement de stratégie e-marketing ou de canaux de communication. On parle de stratégie d’affaires.

L’échec de la bulle dot.com de l’an 2000 constitue la meilleure preuve qu’il ne s’agit pas seulement d’exister sur le web pour être rentable grâce aux affaires électroniques, il faut se positionner de la bonne manière, au bon moment et ensuite seulement choisir et avec prudence son concepteur esthétique de portail électronique e-commerce.

Le web n’est pas « juste » une plateforme Marketing et soyez conscients que la stratégie sous-jacente à tout site web qu’il soit transactionnel (web 2.0) ou non (web 1.0) doit reposer sur une stratégie et une proposition de valeur concrète et cohérente, pour engendrer la performance dans la durée.

Après cette prise de conscience indispensable, n’hésitez pas à vous doter de conseil stratégique en e-business. C’est « la » base naturelle du succès potentiel de toute initiative web. En d’autres termes, avant de contracter une firme pour vous concevoir le plus ergonomique des sites, penchez-vous sur un choix tactique d’e-Modèle stratégique adapté à votre besoin précis, votre industrie, la concurrence, vos objectifs d’affaires et l’évolution de vos intentions.

Le conseil stratégique en e-business diffère du service de conception de sites web, dernière étape du processus dans une initiative e-business (communément nommée opérationnalisation e-commerce) et représentant tout simplement la concrétisation (codes et interfaces) de votre modèle d’affaires électroniques par des développeurs informatiques, qui ne portent souvent pas en même temps le chapeau de stratège...

Vos règles d’or : 


Adoptez une perception stratégique du web au lieu de le voir comme un univers e-Marketing
Positionnez vos initiatives selon les e-modèles d’affaires existants (utiliser du service- conseil si requis)
Impliquez vos parties prenantes
Préservez la cohérence entre votre plan d’affaires organisationnel et vos modèles d’affaires e-business à tout moment. 
Finalement, rappelez-vous que toute plateforme e-commerce ne représente que la mise en opération de votre modèle e-business stratégique d’affaires et ne crée valeur durable et rentabilité qu’à cette condition. 

Le service-conseil en e-business devient désormais aussi vital que le conseil stratégique en gestion traditionnelle, même s’il est encore peu connu. Il est important de faire les bons pas dans la bonne direction pour une adoption optimale du web qui « répond » à vos besoins d’affaires et pas seulement à une présence esthétique sur le web… 


Pensez à chacune de vos initiatives web, obéissent-elles à ces règles d’or ? Si oui, votre prochaine étape sera de « mesurer » le succès de vos affaires électroniques pour savoir si leur plein potentiel est atteint et si elles sont adaptables dans la continuité, vers un web 3.0 sémantique en perpétuelle évolution offrant plus des possibilités de décupler la valeur… 


Humains & e-business : Soyez dragon et calibrez votre combinaison concurrentielle


La gestion stratégique des ressources humaines (GSRH) procure un avantage concurrentiel non imitable et non substituable. Cet atout distingue sans aucun doute les entreprises gagnantes des perdantes…

Dans une perspective où les affaires électroniques constituent également un levier stratégique, l’impact de l’humain sur la performance de votre firme est d’autant plus important à considérer. En êtes-vous conscients? Soyez avant-gardiste en pratiques organisationnelles!

Comment calibrer une gestion de capital humain névralgique à votre succès ? Une étude scientifique que j’ai effectuée en 2012 sur les pratiques des entreprises TI /e-com Montréalaises a dévoilé des réponses intéressantes à ce sujet. 

En ce basant sur celles-ci, voici mes conseils pratiques pour gestionnaire aguerri :

Les rapports humains sont définitivement différents dans l’univers technologique, les facteurs de distanciation et d’abstraction aidant, vous devez ajuster vos pratiques de gestion du capital humain, sans quoi votre performance en pâtira.

 

Sachez que des pratiques de gestion humaine sont contingentes au degré stratégique d’innovation de votre entreprise. Plus la firme est innovante, plus la gestion de vos ressources humaines nécessitera l’implantation de structure. Cultivez une structure évolutive, flexible et intelligente. À ce sujet, assurez-vous que vos modèles d’affaires innovants et votre stratégie e-business sont cohérents et évoluent en phase, car sinon il vous sera difficile de mesurer la rentabilité issue de vos pratiques reliées au volet e-business. Une forte relation positive entre le degré d’innovation technologique, la structure et le rendement est ressortie dans les résultats de l’étude.

La satisfaction de vos employés passe plus par une reconnaissance verbale ou publique que par une rétribution purement financière. Cette dimension a été relevée dans 83 % des firmes interrogées et dénote une croissance corrélée de la performance financière.

Le besoin d’implication dans les décisions est très présent chez les ressources des firmes e-com relativement à d’autres industries et a un effet direct sur le ROI (rendement financier) et la satisfaction sociale des employés. Cet aspect ressort chez 68 % des firmes sondées.

Pour une rétention optimale de ce capital humain non substituable dont vous disposez dans un marché en ébullition, misez sur la transparence et la communication continue. C’est un aspect primordial. Les ressources des firmes e-com (à hauteur de 87 %) affirment avoir besoin de ‘savoir ce qui se passe’ pour se sentir importants, motivés et efficients.

Encouragez la créativité et structurez des processus pour la canaliser. Un climat créatif dans un milieu innovateur est source de performance additionnelle. Chaque idée doit être évaluée, discutée, testée et éventuellement appliquée pour évoluer. Contrairement aux croyances, gérer la créativité est une pratique nécessaire et non une perte de temps. Un climat créatif est un incontournable. Le sondage révèle l’importance de ce facteur dans 78 % des cas de l’étude.

Aussi, les ressources humaines lévitant dans des milieux e-com ont soif d’apprendre. Ciblez la formation personnalisée. La formation semble être un motivateur important dans le milieu (71 %), relativement à d’autres motivateurs de meilleures pratiques en gestion de ressources humaines standards et communément appliqués. 

La performance financière et sociale de votre firme e-com est étroitement liée à la manière dont vous choisirez vos manières de faire avec la ressource stratégique vraisemblablement la plus importante dont vous disposez par sa non-imitativité : l’humain! En innovant dans votre réflexion sur les facteurs énumérés, vous peaufinerez une recette personnalisée pour booster une performance sans comparable.